Quels pays sont les plus gros consommateurs de Champagne ?

Connu dans le monde entier comme le symbole du raffinement à la française, le champagne s’exporte toujours plus aux quatre coins de la planète. Excepté en France, quels sont les plus gros consommateurs de ces célèbres bulles à travers le monde ?

L’Asie de plus en plus friande de champagne

Selon le dernier rapport publié par le Comité Champagne, la production du champagne n’a que très légèrement progressé avec un petit +0,7% par rapport à 2017. La consommation dans l’Hexagone a par ailleurs connu un recul de -2,75%. En revanche, l’exportation du fameux breuvage produit uniquement dans la région de Champagne en France a fait un véritable bond.

Top 3 des plus gros consommateurs de champagne dans le monde

Depuis des années, c’est au Royaume-Uni que l’on consomme le plus de champagne. Toutefois, la sortie en cours hors de l’Europe fait chuter les ventes de manière significative avec -11% par rapport à 2017. Malgré cet « effet Brexit », nos voisins d’outre-Manche ont tout de même importé 28 millions de bouteilles.
En seconde place des plus gros consommateurs, les Etats-Unis, suivis du Japon.

Un marché asiatique en plein boom

Si les producteurs de fines bulles dorées s’inquiètent du recul de l’exportation du champagne au Royaume-Uni, ils n’ont toutefois pas trop de souci à se faire. Ils sont en effet quasiment certains de vendre leur production grâce à l’émergence de nouveaux marchés, notamment en Asie.

A lire aussi :  Confiture industrielle : est-ce encore de la confiture ?

En effet, outre le Japon où l’on apprécie de plus en plus de savourer une petite coupette pour les grandes occasions, le champagne séduit désormais la Chine, Hong Kong et Taiwan, mais également la Corée du Sud.

Champagne, une appellation et un savoir-faire protégés

Charles de Cazanove, Veuve Clicquot, Dom Pérignon, Louis Roederer, Canard-Duchêne, Mumm ou encore Moët & Chandon, autant de maisons de champagne prestigieuses qui ont toutes leurs secrets de fabrication.

Si ceux-ci sont bien évidemment jalousement gardés, pour qu’un vin pétillant puisse bénéficier de l’appellation de « Champagne », il faut qu’il remplisse un certain nombre de conditions :

  • respecter une aire géographique dont les limites sont fixées par une loi remontant à 1927. Sur 34 000 hectares, celle-ci englobe 319 communes (également appelées crus) et s’étale sur les quatre secteurs que sont la Montagne de Reims, la Vallée de la Marne, la Côte des Blancs et la Côte des Bar ;
  • se plier à des règles d’élaboration considérées à raison comme les plus strictes au monde, et ce, depuis la culture de la vigne jusqu’à l’embouteillage du précieux breuvage. Assemblage, tirage, prise de mousse, pointage et dépointage, dégorgement, habillage et même étiquetage, il n’y a pas de place pour le hasard dans l’univers du Champagne.

Ces règles particulièrement strictes ont été établies par les maisons champenoises qui, à la fin du XIXe siècle, se voient confrontées à bon nombre de producteurs désireux de profiter de la notoriété grandissante du champagne. Ces règles permettent ainsi de protéger un savoir-faire reconnu dans le monde et que l’on prend toujours autant de plaisir à apprécier.

A lire aussi :  Confiture industrielle : est-ce encore de la confiture ?

Comment le champagne rosé est-il fabriqué ?

Très apprécié des consommateurs, le champagne rosé est un gros succès en boutique de champagne. Ce délicat breuvage se différencie des champagnes blancs par ses notes beaucoup plus fruitées, ce qui séduit une clientèle préférant les saveurs plus douces.

Comment obtient-on la couleur rosé ?

Mais n’en doutez pas un seul instant, le champagne rosé est produit selon les mêmes méthodes champenoises jalousement gardées par chaque maison. En effet, lors de l’assemblage des vins tranquilles (c’est-à-dire sans bulles), deux méthodes sont utilisés :

  • le champagne rosé de saignée : est ajouté un vin issu de cépage pinot noir ou pinot meunier foulés avec leur peau. De fait, les tanins présents dans l’enveloppe se retrouvent dans le jus, ce qui lui donne cette belle couleur au vin puis au champagne ;
  • le champagne rosé d’assemblage : autre méthode est possible, l’ajout d’un vin rouge tranquille AOC Champagne au moment de la mise en bouteille. A noter que c’est une fois de plus une particularité champenoise car c’est le seul cas où l’assemblage de vins rouges et de vins blancs est autorisé en France.

Le champagne rosé est-il plus sucré ?

Le champagne rosé n’est pas nécessairement plus sucré. Il ne s’agit que d’une couleur de robe qui ne laisse pas présager du taux de sucre. Le dosage est effectué par le vigneron en fin d’élaboration. Le champagne rosé peut donc tout aussi bien être brut que demi-sec par exemple.

Leave a Comment